L’homme qui parlait aux araignées – Jacques Barbéri

Je remercie Jacques Barbéri pour la dédicace de ses nouvelles recueillies dans L’homme qui parlait aux araignées (Ed. La Volte). J’ai lu quelques unes et j’ai beaucoup aimée sa démarche au moment de se placer dans la frontière de plusieurs genres de fiction. Dans sa préface Philippe Curval tente d’éclaircir cette démarche. En français on a tendance d’appeler ” nouvelles ” ce que nous, les hispaniques, appelons ” contes “. Alors, les contes-nouvelles de Jacques Barbérie, romancier et musicien né en 1954, ne peuvent pas être considérés de la science-fiction pure ni du fantastique à part entière. Il y a un bon mélange, très dosé, de tout ceci ; mais, en même temps, quelque chose d’inédit dans la façon de concevoir le récit. Puis, il y a surtout des histoires. Des vraies. Des histoires comme je les aime, dans lesquelles on attend quelque chose et on continue à les lire en imaginant qu’on pourra deviner la fin en étant presque sûrs de nous tromper. C’est ça écrire un conte. Dans ce sens, Barbéri est un vrai maître !

DSC06036

DSC06037

Esta entrada fue publicada en literatura. Guarda el enlace permanente.